Le 21 juin c’est l’été !

Avec l’été revient la dolce vita et les plats gourmands de saison. Soirées impromptues sur les terrasses, longues promenades tardives, bains de soleil, barbecue et farniente. C’est le moment de profiter de la vie.

Depuis la plus haute Antiquité, et certainement bien avant, l'arrivée de l'été a été célébrée avec ferveur et reconnaissance. C'est la saison douce, le soleil réchauffe le corps et le cœur, on récolte le fruit des durs labeurs agricoles de l'année.

C'est pourquoi le 21 juin, le jour le plus long de l'année, a été l'objet de nombreuses fêtes dans l'hémisphère nord. Avant d'être associée à la saint Jean-Baptiste, cette fête était païenne. On allumait un immense feu de joie symbolisant la lumière du soleil. Les fêtes du solstice sont nombreuses dans le monde entier. La coutume des feux dits « feux de la Saint-Jean » s’est largement répandue en Europe. Ces feux sont certainement repris des traditions celtiques, rites des moissons chez les celtes, ils avaient l’habitude d'allumer des brasiers sur les sommets, selon Pline l'Ancien, les Romains eux aussi fêtaient le solstice d'été par de grands brasiers. Ce culte du feu associé au solstice d'été se retrouve aussi en Chine, en Turquie et chez les Incas.

Dans l’est de la France, on faisait dévaler du haut des collines des roues enflammées qui finissaient dans la Moselle. On donnait à la course de la roue une signification agraire.

Aujourd’hui encore le Schieweschlawe, une fête païenne solaire d'équinoxe de printemps, est pratiquée en Alsace, dans le Sud de l'Allemagne et en Suisse alémanique sous l'appellation Schiibeschlage. Le Schieweschlawe désigne le « lancer de disque ». Il s'agit d'un lancé, à la fin de l’hiver, du haut d’une colline, de disques enflammés représentant le soleil pour chasser la saison froide.

Au bout d'une baguette flexible de châtaignier, on fixe un petit disque en bois percé d'un trou central. Le disque est plongé dans les braises d'un bûcher. Lorsque les bords commencent à brûler, on le retire. Le lanceur, du haut d’une colline, décrit plusieurs moulinets en l'air. La rondelle de bois se détache et décrit une trajectoire lumineuse dans le ciel. On chasse par le feu les mauvais esprits des ténèbres et on s'attire la prospérité pour la saison à venir.

L'arrivée de l’été provoque en chacun de nous un effet bienfaisant de sérénité et de détente. Nous sommes aussi plus prompts aux discussions en terrasses ou allongés dans l’herbe, aux promenades tardives en vêtements légers… Adieu le stress, bonjour la paix intérieure ! C’est le moment de se préparer de bons petits plats de saison gourmands, non ?

Plats de saison avec Les Fromages de Suisse