François Robin

MOF en 2011, fromager indépendant et itinérant après 5 ans chez Fauchon. Actuellement formateur et toujours passionné par le fromage !

Comme beaucoup de fromagers, Olivier Robin l’est devenu à l’occasion d’une reconversion, après avoir étudié la biologie et travailler dans le monde du spectacle. Il a suivi la formation de l’Ecole de la fromagerie, à Paris, avant de prendre la tête du rayon fromagerie chez Fauchon. Il reste 5 ans dans la grande maison de la Place de la Madeleine avant de devenir fromager indépendant et itinérant. A son compte mais sans boutique il se consacre à l’événementiel, la formation et au conseil auprès de certains de ses collègues, pour les aider à monter une gamme par exemple. Ne pas avoir de boutique ne l’a pas empêché de devenir Meilleur Ouvrier de France en 2011 ! Il parcourt la France et l’Europe. Il a notamment participé au Festival Cheese de Bra, dans le Piémont transalpin. Presque 300 000 visiteurs s’y retrouvent tous les 2 ans pour célébrer le fromager et la slow-food.

Même sans boutique, les Fromages de Suisse prennent une grande place dans l’activité de François Robin. Il en voit beaucoup dans ses visites et en parle dans ses formations. Leur succès s’inscrit dans la place grandissante que prennent les fromages du monde en France. Il salue la grande qualité de production des Fromages de Suisse et leurs saveurs franches et intenses, mordantes et dynamique, aux subtiles notes grillées et torréfiées. L’Etivaz AOP est son préféré. Il a d’ailleurs passé une nuit en alpages pour assister à sa production. Il apprécie sa production en coopérative, qui respecte la nature. Il aime également la Tête de Moine AOP pour son côté festif, le mordant du Vacherin Fribourgeois AOP et des rebibes de Sbrinz AOP en apéritif. Ainsi que les Vacherins Mont d’Or AOP, plein de saveurs, même si leur lait est thermisé.

François Robin nous a vantés l’alliance inattendue de la bière et des Fromages de Suisse en apéritif. Soit avec une bière ambrée, servie à température ambiante, pour jouer la douceur, soit une bière blanche, pour jouer le contraste de l’acidité. Et pourquoi pas, notamment avec des rebibes de Sbrinz AOP ou d’Etivaz AOP, une bière irlandaise brune ! Un délice.